Kiad.org

Blog d'Olivier Issaly

Peu importe le numéro, mais faites que ce Web avance !

Profitant d’un week-end au repos chez moi dans le Maine & Loire, j’ai revu Stéphane avec qui j’ai passé un après-midi à refaire le Web ! 🙂

Au fond on en arrive à la même conclusion : qu’est-ce que le web évolue lentement, c’est désespérant… Stéphane le voit par l’absence d’innovation majeure sur les plateformes de blog depuis quelques années, et pour ma part je me lamente de ne pas voir émerger des plateformes personnelles permettant l’apparition de services Web décentralisés. Nos avis se rejoignent sur un point : les plateformes de blogs (WordPress, Dotclear, Typepad, etc.) sont les mieux placées pour faire prendre cette orientation au Web.

Le premier pas de Livejournal en lancant Openid fut important, mais ce n’est pas suffisant. Un site personnel, ou une plateforme personnelle, devrait pouvoir héberger l’ensemble de ses données personnelles (musiques, bookmark, CV, bouquins lus, etc…). Aujourd’hui c’est le blog qui fait très souvent office de site personnel. D’où le rôle majeur que peuvent jouer les logiciels de blogs : en accueillant d’autres types de données que des simples billets et en implémentant les microformats associés, des services pourraient s’appuyer sur ces données et méta-informations.

En discutant avec Stéphane on a trouvé un autre exemple d’application qui illustre bien cette problématique de données et de services. Aujourd’hui j’ai mon blog, mais je cherche à publier des photos. Naturellement je veux les héberger sur mon site kiad.org, et je m’oriente vers des logiciels à installer. Le problème, c’est qu’il y a au moins trois types de gestionnaire de galeried photod :

  • les photoblog, pour poster des photos quotidiennement
  • les galeries personnelles pour publier des photos de vacances par exemple
  • les galeries collectives où on peut par exemple assembler les photos d’une soirée ou d’un mariage provenant de personnes différentes.

Aujourd’hui, j’ai ces trois besoins à la fois, et en somme je ne trouverai pas de logiciel répondant aux 3 besoins. L’idéal serait d’héberger les photos sur mon site et, dans le cas des galeries collaboratives par exemple, utiliser un service qui viendrait chercher les photos sur mon site et ceux de mes amis, pour les assembler et faire un album collectif.

On arrive donc à ce qui me semble fondamental : dissocier le service rendu des données sur lesquelles il opère. Cela fait 10 ans que Google a montré la voie en dissociant son service (la recherche) des données (les pages Web). On s’extasie aujourd’hui devant des sites comme LinkedIn ou Facebook, mais leur architecture me semble dépassée. Pour reprendre l’exemple de la recherche, c’est comme si Google avait cherché à héberger le contenu.

Bien sûr, derrière cette architecture centralisée réside le besoin de contrôler les données et les utilisateurs. Mais je pense que c’est un faux problème. À quoi ressemblerait un LinkedIn décentralisé ? À un service qui :

  • scannerait le Web à la recherche de page comportant un microformat pour décrire son CV
  • permettrait de rechercher sur la base de profils construite à partir des données disseminées sur le Web
  • renverrait vers la page Web du profil concerné

Mais quelle valeur ajoutée peut apporter LinkedIn si au final on peut trouver les données ailleurs que chez eux ? On touche ici à la nature contre-intuitive du lien hypertexte. Là encore les moteurs de recherche comme Google ont montré l’exemple depuis longtemps : leur métier consiste tout simplement à renvoyer ailleurs les gens qui viennent sur leur site. Et plus Google renvoient ailleurs ses visiteurs, et plus ces derniers reviennent sur Google ! Des services comme Kelkoo ou Digg répondent à ce même paradigme. De même que devraient la plupart des médias en ligne.

Voilà donc 17 ans que le Web est né, et cela fait 10 ans que Google a montré la voie en dissociant service et données tout en exploitant la force du lien hypertexte. Entre temps de nombreuses normes pour le Web Sémantique se sont mises en place. Alors pourquoi les choses évoluent si lentement depuis ?

Précédent

Une identité numérique bien réelle

Suivant

Réseau social ou coquille vide ?

3 Commentaires

  1. Dissocier service et données, que ce concept est vieux. Même s’il reste d’actualité. De nombreux obstacles sont à franchir : format des données ? format des meta données ? Il manque encore beaucoup de normes pour spécifier tout cela et certainement beaucoup d’argent… Tant que faire du propriétaire sera économiquement rentable, les normes sémantiques resteront minoritaires. Mais c’est beau 😉

  2. C’est vrai que les sites que je visite le plus sont Google et Netvibes, qui ne sont que des passerelles vers des contenus…
    Et l’article de Publishing 2.0 est très intéressant et fait donne bien à réfléchir !

  3. Je ressens aussi ce besoin de tout centraliser sur son site, et d’intégrer entre eux différentes applis comme tu le décris, mais ça demande du travail puisqu’en effet, elles ne sont pas trop faites pour fonctionner ensemble (temps que je n’ai pas trop :p).

    Cependant, je pense que tout ceci relève plus du « power user » que de l’utilisateur lambda du web,ce qui expliquerait le peu d’investissement là-dedans.

Les commentaires sont fermés

Blog d'Olivier Issaly & Thème basé sur Lovecraft