Kiad.org

Blog d'Olivier Issaly

Suite et fin de notre Vélodyssée : Nantes – Roscoff – Brest

Après voir fait Hendaye-Nantes l’an dernier, nous avons poursuivi cet été en faisant la suite de la Vélodyssee : Nantes-Roscoff. Nous avons même poussé jusqu’à Brest pour attraper le TGV soit 520 kilomètres en 8,5 jours (dont 6,5 de roulage).

Voir en plein écran

La formule commence à être bien rodée : nous réservons des emplacements vélo dans les TGV vers le point de départ et depuis le point de retour1. Puis nous avions réservé différentes chambres d’hôte, gîte d’étape où AirBnb selon ce qui est le plus proche de l’itinéraire. Cela a l’avantage de pas avoir à se demander où on dort le soir, de s’obliger parfois à faire la distance qu’on avait prévue, et d’être sur d’avoir toujours un vrai lit pour se reposer ! C’est moins l’aventure, mais cela reste des vacances où nous n’avons pas envie de nous prendre la tête 😉

La partie nord de la Vélodyssee est très roulante : en général on est soit sur le canal de Nantes à Brest, soit sur une voie douce, ancienne voie ferrée Morlaix-Concarneau. C’est appréciable, mais un peu lassant j’avoue par moment. Le début du canal est assez ouvert sur les paysages et c’est agréable. Mais quand il se referme par des haies, de même que la voie douce, cela peut être monotone. Cela dit, tant le canal que la voie douce sont très sécurisés, ce qui est reposant quand on avale les kilomètres.

L’itinéraire très roulant nous a fait gagner du temps, qu’on a mis à profit pour des activités. Nous avons fait du kayak à Malestroit, découvert la fabrique Roc’han Maille, visité l’abbaye de Bon-Repos et décidé de s’écarter de la voie douce pour découvrir la forêt enchantée de Huelgoat. Et beaucoup de villes sont superbes : Malestroit, Josselin, Pontivy, le petit village de Gouarec, Saint Pol… s’y promener et s’y restaurer c’est déjà une activité en soi ! Lors de notre jour de repos à Roscoff (superbe d’ailleurs !), nous avons bien aimé nous promener sur l’île de Batz et visité le jardin d’acclimatation George Delaselle.

A plusieurs reprises, nous avons été agréablement surpris par l’accueil réservé aux cyclotouristes. Mention spéciale aux gîtes de l’Ecluse de la Tindiere ou celui de Trevejean qui proposent de réserver la veille un plateau repas tout prêt quand on arrive. C’est tout bête, mais se mettre les pieds sous la table direct après la douche, quand on a fait une journée de vélo, c’est agréable ! A Trevejean, notre hôte nous a aussi dépanné en passant nos cyclistes dans sa lessive, ça c’est super chouette 😉 Dans les bonnes surprises aussi, l’excellent restaurant Matin Calme à Carhaix. On a failli se rendre dans une énième crêperie, et au lieu de ça on a découvert une bonne cuisine coréenne qui vaut le détour !

Ce voyage n’a failli pas se faire car 6 semaines avant, je me suis rompu deux ligaments au pied lors d’une chute bête. Pédaler ne faisant pas travailler l’équilibre au niveau du pied, cela ne sollicite pas les ligaments, et tout s’est bien passé au final. Mes douleurs à l’épaule étaient moins présentes que l’an passé, mais tout de même là vers 70kms, plutôt sur la fin de la semaine. Depuis j’ai fait une étude posturale, j’en reparlerai plus longuement ici.

Reste une question non tranchée : que fait on en 2023 ? En 2021 et 2022, nous avons parcouru l’intégralité de la Vélodyssée, section française de l’Eurovelo 1, soit 1560kms. Personnellement, j’aimerai bien continuer sur l’Eurovelo 1 au Royaume-Uni, en faisant Plymouth – Bristol – Cardiff – Fishguard. De mes premières recherches, l’itinéraire n’est pas aussi bien marketé que la Vélodyssee et les autres véloroutes en France… Il y a bien le site Sustrans qui recense toutes les pistes cyclables, mais pas agrégée dans une optique cyclotourisme. Peut-être on s’orientera alors sur la Véloscénie qui a l’avantage de passer devant notre maison à Choisel 😉

  1. Il faut noter que le service s’est amélioré : une pancarte au départ précise de ne pas mettre de valise sur l’emplacement vélo, et le contrôleur est venu en cours de trajet s’assurer que tout allait bien pour notre réservation !

Précédent

Kiad.org a 20 ans

  1. Les véloroutes (ou Eurovélo je ne sais pas) ne manquent pas d’idée. J’en ai vu une qui allait du nord au sud de l’Europe par exemple. Voyager en vélo sur des longues durées à l’étranger peut être une autre logistique mais intéressant aussi ! Merci pour le reportage, c’est très joli !

    • Olivier Issaly

      Oui j’aimerai bien faire un voyage au long cours, plusieurs mois, mais ça ne sera pas pour tout de suite !

Laisser un commentaire

Blog d'Olivier Issaly & Thème basé sur Lovecraft
Me suivre sur Mastodon