Kiad.org

Blog d'Olivier Issaly

Découverte du Bleisure

En ce jour férié dédié au travail, je vais justement parler du bleisure, la tendance qui consiste à combiner business (le travail) et leisure (les vacances). J’ai découvert ce terme lors d’une présentation d’Expedia l’an dernier, en me rendant compte que je le pratiquais déjà régulièrement.

L’idée est simple : si vous avez un déplacement professionnel prévu en fin de semaine dans une destination que vous ne connaissez pas, pourquoi ne pas étendre le séjour d’une journée ou deux le week-end pour la visiter ? Si vous prenez à votre charge les nuits d’hôtel en plus et les autres frais (repas, visites, etc), cela ne coute pas plus cher à l’employeur, et tout le monde est content. L’idéal étant que la famille ou des amis soient là aussi pour le week-end, avec-vous.

Le bleisure peut ainsi prendre plein de formes, mais l’idée est toujours la même : combiner dans un même voyage une période de travail et une période de vacances. On rentabilise ainsi mieux les temps (et coûts) de déplacement, parfois pesants lors de déplacements professionnels courts.

Petite précision : si vous partez en vacances et que vous êtes obligé de travailler encore car vous avez trop de boulot, ce n’est pas du bleisure à proprement parler, ni vraiment des vacances non plus… À mon sens, le bleisure est choisi, et avec un temps pour le travail, et un temps pour le repos.

Aller en vélo travailler au co-working dans l’île de Ré, c’est cool non ?

Pour ma part, ayant la chance de pouvoir travailler depuis n’importe où, c’est assez facile de combiner travail et vacances. Il m’était arrivé plusieurs fois de prolonger des déplacement professionnels pour un peu de tourisme, bien avant d’entendre parler de cette tendance.

L’an dernier, j’ai fait du bleisure, mais en partant d’un raisonnement différent. Mes beaux-parents possèdent une maison de famille dans l’île de Ré. Idéalement, on aime y aller en demi-saison, juste pour un week-end, mais c’est assez loin de Paris au final pour faire l’aller et retour dans le week-end et vraiment profiter de l’île.

Et pour pouvoir y aller plus longtemps, pour ma part il fallait que je puisse travailler sérieusement, ce qui n’est pas évident sans connexion internet dans la maison (et en général faible sur l’île de toute façon). La solution ? Aller dans un co-working bien sûr ! Et à ma surprise, il en existait déjà deux sur l’île, dont un co-working à Loix, avec une connexion en fibre optique.

Quand un week-end nous tente quelque part, mais que c’est un peu loin, mon premier réflexe est désormais de regarder si il y a un co-working proche. De sorte qu’on puisse partir non pas un week-end mais 4 ou 5 jours, avec 2 ou 3 jours de travail dans un cadre professionnel. Mon ami pose juste des jours en plus et se repose, le chanceux 🙂

J’aime bien cette formule, car on découvre la destination d’une autre façon. On rencontre des gens qui vivent et travaillent ici (comme les insulaires sur l’île de Ré) et cela apporte un éclairage autre que purement touristique.

Si vous avez la possibilité de travailler quelques jours à distance, la formule est idéale. D’autant plus si vous avez la possibilité de bénéficier d’un logement prêté par un membre de votre famille ou un ami 🙂 Plus d’excuses pour ne pas y aller !

Précédent

Tout le monde est remplaçable

Suivant

Pourquoi respecter les feux à vélo

  1. Mickaël A

    Je pense que le télétravail et le coworking peut dynamiser des territoires qui ne sont pas au cœur des centres économiques.

    • Olivier Issaly

      En fait après avoir écrit l’article, j’ai appris que le co working de Loix avait hélas fermé un peu plus d’un an après l’ouverture. C’est très précaire comme modèle économique, pas évident de joindre les deux bouts. Il y a un autre co working à Sainte Marie, je verrai si il est toujours en activité. Mais sur le principe clairement cela anime des territoires, ça rassemble les gens qui étaient isolés aussi.

Laisser un commentaire

Blog d'Olivier Issaly & Thème basé sur Lovecraft