Kiad.org

Blog d'Olivier Issaly

En selle Choisel !

Le conseil municipal de Choisel fraichement installé, la commission environnement & mobilité s’est mise au travail et une des premières actions est un concours nommé Choisel 2030. L’idée est que chacun puisse exprimer sa vision d’un futur désirable pour notre village, autour des thèmes suivants : alimentation, mobilité, énergie, eau, paysage, cadre de vie. N’étant pas à court d’idées, voici ma proposition1.

Un peu de contexte déjà : Choisel est un village de 500 et quelques habitants, où les premiers commerces se trouvent à 5 km minimum. La situation va changer un peu avec l’ouverture d’une auberge2 qui aura un coin épicerie. Contrepartie intéressante de cette situation « rurale » : nous avons plusieurs fermes et producteurs locaux dans ce rayon de 5 km.

Dans ce contexte, la voiture est le premier réflexe pour se déplacer. Mais le moindre déplacement a son coût. Si vous oubliez le pain ou une autre course, c’est tout de suite 10 km parcourus. Si vous êtes étourdi(e)s deux fois par mois, c’est d’emblée 1,5% de votre quota annuel de 2 tonnes de CO2 par an (pour respecter les accords de Paris) qui s’envole 3. Oups, à ce rythme-là, le budget CO2 va être compliqué à gérer.

Cela fait donc quelques années que je m’efforce de plus en plus d’aller à vélo faire les courses. Les paysages de la vallée de Chevreuse sont jolis et cela rend l’effort agréable. Au début, c’était pour prendre l’air en allant chercher du pain (2 fois 12 minutes à vélo ça reste raisonnable), et de plus en plus pour faire des courses plus significatives à l’aide de bonnes sacoches.

Bien sûr, on a toujours besoin d’aller dans un supermarché en voiture, mais moins souvent qu’avant. C’est surtout pour le plus volumineux et quelques produits moins faciles à trouver dans les petites surfaces. Et puis la motivation manque parfois, soit à cause de la météo, soit à cause du dénivelé (selon la direction choisie), ou juste pas le courage…

Ma proposition pour le concours s’appelle « En selle Choisel ! ». L’idée à l’origine est de palier au problème de motivation, en faisant ses courses à vélo à plusieurs tout simplement. Outre l’intérêt en terme de lien social, en creusant l’idée, je me suis rendu compte qu’on pouvait l’articuler sur d’autres aspects tout aussi importants : favoriser le commerce local et les circuits courts, promouvoir les mobilités douces, améliorer l’entraide entre voisins et la solidarité avec les personnes dépendantes, faciliter les réparations plutôt que l’achat et mutualiser des biens onéreux comme les vélos cargos. Sans oublier la santé : améliorer la qualité de l’air avec moins de pollution émise localement (CO2, particules fines et dioxyde d’azote).

Voici donc ma proposition avec l’aide de Florent qui a bien voulu jouer au figurant pour mettre en situation ces idées et suggérer des améliorations aussi 🙂 N’hésitez pas à faire part de vos commentaires !

  1. hors concours, vu que je fais partie du conseil :-)
  2. dont la mairie a acheté et rénové le foncier et le bâti pour faciliter l’installation d’un commerce
  3. cela fait 240 km/an, à raison de 120g de CO2 par km parcouru, soit environ 29kg de CO2. L’objectif de 2 tonnes de CO2 par personne et par an est celui des accords de Paris pour tenter de rester sous les 2° de réchauffement climatique

Précédent

L’enjeu des métaux rares

  1. Très belle idée, bravo !

    Je décorrélerai cependant l’aspect lien social du début (boire un café ensemble…) de faire les courses. Faire les courses reste une « corvée ménagère », et ce n’est pas parce qu’on le fait en vélo que d’un coup ça doit se rapprocher d’un club de vacances ! Si ça peut en motiver certains pourquoi pas 🙂 mais moi si tu me dis on va faire les courses à 9h et qu’on prends un café pendant 10 minutes bah ça me démotive. Peut-être le tourner dans l’autre sens : on part à 9h, mais si vous êtes là avant, on boit un café 🙂 (je viendrai à 9h) (aussi, j’aime pas le café).

    Le vélo est un fantastique moyen de transport, et ça a en effet beaucoup de sens de l’utiliser dans votre cas, et de le mutualiser (les plus fort / mieux équipés peuvent aussi porter les courses des autres comme avec le super vélo cargo). Je suis d’accord avec tout le reste de la proposition. J’espère que plus de gens dans votre village feront du vélo !

    Aussi, peut-être que dans votre cas, faire venir un « camion-épicerie » (si ça existe), avec des produits du coin, une ou plusieurs fois par semaine, marcherait aussi. Il y a plus d’émissions carbone, mais elles sont mutualisées, et c’est plus adapté en cas de mauvais temps.

    • Olivier Issaly

      Merci 🙂 Oui c’était bien l’idée : on part à telle heure et ceux qui sont là avant peuvent prendre un café. L’idée du lien social c’est aussi de partager les itinéraires, les bons plans vélos, et faire l’effort ensemble. L’auberge aura un coin épicerie normalement, elle ouvre à l’automne. J’aime bien la camion épicerie (ça me rappelle ma grand mère qui m’envoyait chercher les courses au camion épicerie du village quand il passait :p).

Laisser un commentaire

Blog d'Olivier Issaly & Thème basé sur Lovecraft