Kiad.org

Blog d'Olivier Issaly

Nos premières vacances cyclotourisme

Cet été nous avons fait nos premières vacances cyclotourisme avec Florent. À part un Paris-Étretat aller-retour à l’arrache pendant les études je n’avais jamais fait de longues distances comme ça.

Départ de Cherbourg, pas avec la meilleure météo !

Notre parcours était un peu atypique : parti de Cherbourg, nous avons fait une pause de 2 jours à Cancale et fini à Angers. C’était avant tout opportuniste : des amis nous ont prêté leur tandem qui se trouvait chez leur parent à côté de Cherbourg. Nous avons pu découvrir la pointe de la Hague et traverser la baie du mont St Michel. Mes parents ont un appartement à Cancale, ce qui était parfait pour une pause à mi-parcours, avant d’aller chez mon frère à Angers.

La pointe de la Hague, superbe mais… très vallonnée !

Autant dire que les premiers jours furent difficile. Nous ne nous étions pas spécialement entrainé à vrai dire. Pour ma part je pensais que mon activité vélotaf m’aurait suffit d’entraînement, mais avec le confinement et le télétravail, pas tant que ça au final !

La plus grosse erreur qu’on ait fait concerne les distances. Nous avions réservé à l’avance les chambres d’hôtes chaque soir, en vérifiant que les distances entre chaque étaient correctes. C’était sans compter sur deux paramètres importants.

Tout d’abord, cela reste des vacances : on s’arrête visiter, on fait des détours pour aller voir un point d’intérêt ou chercher à manger. Très souvent nous avons pris de toutes petites routes de campagne pour éviter la circulation automobile. Et bien sûr, on s’est trompé de chemin quelques fois parce que c’est tellement marrant de faire des kilomètres en plus ! Lors de la préparation, nous avions tablé sur 60 kilomètres par jour sans regarder trop précisément l’itinéraire. La plupart du temps, cela s’est transformé en 80 kms…

Ensuite la vitesse. Nous étions chargés de 4 sacoches sur le tandem. Par ailleurs, bien que le tandem en lui-même ne pèse que 25kg (ce qui en soit est moins que 2 vélos tout chemin de 15kg), nous avions vraiment l’impression de faire du sur-place dans les côtes. En préparant le voyage, j’avais en tête mes propres vitesses de vélotaf (de l’ordre de 16 km/h), je pensais qu’on serait entre 15 et 20 donc (moins de feux rouges en campagne !). Au final, Strava nous a indiqué une vitesse moyenne de 14 km/h.

Mais il s’agit d’une vitesse de roulage uniquement. En incluant les pauses, cela tombait en dessous des 10 km/h. Avec 80km par jour, cela fait donc 8h de route, ce qui ne laisse pas vraiment le temps de visiter et profiter… Le but n’étant pas d’être sur un vélo toute la journée non plus, il faut bien faire attention aux distances donc. Si c’était à refaire, je veillerai à m’entraîner un peu plus, et je tablerai sur 40 à 50 kms théoriques.

La baie du Mont Saint Michel, très sympa en vélo. Par contre, à évitez d’est en ouest… 🌬️

Un autre détail en terme d’organisation : il faut bien penser au repas du soir. Car après 80 kilomètres de vélo, deux constats. Premièrement, il est délicat de rentrer dans un restaurant vu l’odeur de transpiration (on s’est fait refoulé une fois, véridique, une autre fois on a vraiment culpabilisé pour nos voisins de table). D’autre part, quand on rentrait à l’hébergement prendre une douche et se changer, la dernière chose dont on avait envie c’était de remonter sur un vélo… Pour nous les meilleurs hébergements étaient ceux qui étaient dotés d’une auberge ou table d’hôte, ou ceux dans des petites communes où on pouvait aller à pied manger au bistrot ou à la crêperie du coin.

Les huîtres sur le port de Cancale, un incontournable !

Malgré ces aléas et la fatigue, nous avons bien apprécié ces vacances ! En fait, je n’ai jamais autant coupé et perdu le fil des jours dans ma tête qu’en faisant du vélo toute la journée. Je savais en faisant du vélotaf que le vélo aide à se vider l’esprit, c’est encore plus fort en vacances.

Nous étions aidés par le parcours aussi, qui si il n’était pas toujours le plus touristique (hormis la pointe de la Hague et la baie du Mont St Michel !), nous a fait découvrir des superbes campagnes paisibles et plus variées qu’on imagine, que ce soit dans le bocage normand ou en traversant l’Ille-et-Vilaine et la Mayenne. On s’en doutait, mais ça vaut la peine de le dire : quelques soient les régions traversées, on a de la chance d’habiter dans un beau pays !

Un mot enfin sur le tandem. Nous avions la chance de rouler sur un Hase Pino, qui a une particularité : la personne à l’avant est assise dans un fauteuil et non une selle, et pédale à l’horizontal, ce qui dégage la vue pour celui derrière. Les deux profitent donc du paysage ! Autant dire qu’on ne passe pas inaperçu avec ce vélo, mais on dispose d’un bon capital sympathie quand on échange avec les gens. Le tandem a par ailleurs un autre avantage : il efface les différences de niveaux physiques entre les deux cyclistes. Il y a toujours un moment où un des deux est plus fatigué que l’autre, et ainsi il ne se retrouve pas à la traine, ce qui est encore plus démoralisant.

Fin de parcours par les chemins de halage sur la Sarthe puis le Loir, superbe !

Ce fut donc une bonne découverte : des vacances atypiques, pas reposantes physiquement (550 kms en 8 jours) mais où on a bien déconnecté tout en découvrant de belles régions. On recommencera probablement, car à l’origine l’idée était de faire la Véloscénie (véloroute de Paris au Mont St-Michel), celle-ci passant juste devant la maison à Choisel 🙂

Précédent

En selle Choisel !

  1. Superbe voyage. C’est vrai que c’est en vélo qu’on voit le mieux la France ! Les petites routes secondaires en France à vélo sont fantastiques.

    Vous avez fait quoi du vélo à l’arrivée ? Ca n’a pas du tout l’air évident de le transporter dans un train !

    • Olivier Issaly

      J’ai pas abordé ce *détail* logistique effectivement : le tandem Pino Hase (et les tandems en général) n’est pas accepté dans les trains. On l’a laissé chez mon frère, et on est revenu le chercher 2 mois plus tard avec une petite camionnette. On a un peu annulé le bénéfice du vélo en terme de bilan carbone du coup 🙁

Laisser un commentaire

Blog d'Olivier Issaly & Thème basé sur Lovecraft